Et si la crise sécuritaire du Sahel était aussi (voire avant tout) économique ?

ForumAfrica2019_Banner_Web 1140x137px_FR

Par Maman Sambo Sidikou, Secrétaire permanent du G5 Sahel[1]


Ce blog fait partie d’une série marquant
le 19e Forum économique international sur l’Afrique


pablo-tosco-oxfam-flickr
Femme tirant de l’eau d’un puits en Natriguel, Mauritanie. Photo: Pablo Tosco/Oxfam/Flickr

Le Sahel vit un tournant, une accélération de l’histoire dont le coût humain est élevé. Nos jeunes pays connaissent une croissance démographique sans précédent. Notre population est de plus en plus jeune et de plus en plus urbaine. Même si elle est élevée, la croissance économique ne permet pas de répondre aux attentes des habitants de plus en plus nombreux. Sur nos vastes territoires, certaines interrogations se font aujourd’hui pressantes. Pourquoi, alors que la « frontière » est la marque de l’État, sa présence y est-elle si discrète ? Quelle attention est accordée aux citoyens vivant loin des capitales ? Comment, lorsque l’on est absent, être perçu comme « légitime », digne de confiance et capable de changer le cours des choses ? C’est à ces questions que nos États et sociétés doivent répondre. Continue reading

Bassin du lac Tchad : la riposte militaire ne suffira pas contre Boko Haram

Par Seidik Abba, journaliste et écrivain

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La paix définitive passe par la lutte contre la pauvreté : ici des femmes récoltant du poivron sur les rives de la Komadougou-Yobé. Crédit photo : Ado Youssouf

La stratégie du tout militaire et sécuritaire semble avoir montré ses limites dans la riposte contre le mouvement jihadiste nigérian Boko Haram. Désormais, il faut passer à une approche holistique associant les défis du développement et la prise en charge de l’urgence écologique autour du lac Tchad.

Depuis 2009, Boko Haram [qui signifie l’école occidentale est un péché en langue hausa] a basculé dans la violence armée au Nigéria, pays de naissance de ce mouvement qui se réclame du jihad, mais aussi au Cameroun, au Niger et au Tchad. En dix ans, selon l’ONU, près de 27 000 personnes ont été tuées par Boko Haram, ce qui a provoqué les déplacements internes ou externes de près de 2 millions de personnes. Face à la violence inouïe de ce mouvement jihadiste, les États concernés ont choisi l’option du tout militaire et sécuritaire. Continue reading

The Sahel: responding to emergencies with efficiency

By Abdoul Salam Bello, Senior Fellow, Africa Center, Atlantic Council

sahel-burkina-faso-women-pixabay
Image by Anton Wagner/Pixabay

The situation in the Sahel is concerning as community conflicts add to existing security, humanitarian and development challenges. What is now at hand is an emergency requiring the Sahel countries to respond with a sense of urgency. And not only is a greater and effective State presence necessary, but also improved synergies and coordination amongst stakeholders, including beneficiary communities and the private sector whose role is often overshadowed and underleveraged.

Here’s what we know: security challenges in the Sahel region put additional pressure on governments’ budget. This consequently generates significant macroeconomic and fiscal costs. Mali, for example, almost quadrupled its military spending from USD 132 million to USD 495 million from 2013 to 2018 according to figures from the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Over the same period, Niger increased its military spending by 2.5-fold, from USD 91.6 million to USD 230 million, while Burkina Faso doubled its expenditures from USD 142 million to USD 312 million. Mauritania spent 4.1% of its GDP on security spending in 2016, while Chad spent the equivalent of 5.6% in 2013. Such security expenditures often crowd out social investments. In 2018, for instance, Niger spent 17% of its total budget on security compared to 11% on health. If this trend persists, it would hinder the States’ ability to implement critical social programmes needed to achieve the Sustainable Development Goals (SDGs). Continue reading