Repenser le développement en Afrique et pour l’Afrique

Par Firmin Edouard Matoko, Sous-directeur général, Département Afrique, UNESCO


Ce blog fait partie d’une série qui invite acteurs et penseurs à renouveler le discours actuel sur l’Afrique et son développement.

La crise du COVID-19 qui a révélé l’extrême fragilité des économies africaines, est venue nous rappeler les limites du développement en Afrique. De nombreux africains réclament une révision urgente des modèles de développement et prônent pour l’élaboration de nouveaux paradigmes propres à l’Afrique. Ce discours n’est pas nouveau. Samir Amin, qui fut l’un des plus grands économistes africains, révélait déjà les limites des modèles fondés sur des théories importées de l’extérieur. Thandika Kandawire, autre penseur africain de renom et bien d’autres ne disent pas autre chose aujourd’hui. L’Afrique a besoin de repenser son développement et de réinventer son histoire sociale et économique, comme l’affirmait encore récemment le groupe d’intellectuels africains réunis par l’UNESCO pour débattre de la crise du COVID-19 en Afrique : « cette crise est une occasion de repenser les hypothèses actuelles sur les paradigmes de développement adoptés par les États africains. Il s’agit de se concentrer sur les priorités de développement centrées sur l’homme, et d’investir en priorité dans l’éducation, les soins de santé, la protection sociale et la recherche scientifique comme base pour créer une nouvelle Afrique, capable de regarder vers l’intérieur et de trouver des solutions endogènes à ses problèmes, tout en assurant sa place sur la scène internationale ».

Continue reading

Migration et travail en Suisse: pour une gouvernance partagée entre le public et le privé

Par Marco Taddei, Union patronale Suisse

Dans la période difficile que nous traversons, un défi majeur se présente à nous : l’impact de la crise du COVID-19 sur les entreprises. Le Coronavirus marque le retour des frontières dans le monde. La tentation du repli national est forte. Et la Suisse n’y échappe pas. Pendant plusieurs semaines, nos frontières, terrestres et aériennes, ont été fermées. Cependant, avec plus de 30 000 frontaliers français travaillant dans le domaine de la santé en Suisse, il s’agit justement de l’ouverture de notre marché du travail qui s’est révélée être un atout précieux. En cette période de crise sanitaire, que feraient nos hôpitaux et nos cliniques sans cette main-d’œuvre?

Continue reading

Côte d’Ivoire and Morocco: tax reforms for sustainable health financing

By Céline Colin, Tax Economist, and Bert Brys, Senior Tax Economist, Centre for Tax Policy and Administration, OECD

Lire ce blog en français

The COVID-19 pandemic has demonstrated that weaknesses in one country’s health sector can rapidly become a health challenge for other countries. Additionally, as countries around the world, including Côte d’Ivoire and Morocco, face the current economic and health crisis, the sense of urgency to mobilise domestic resources has increased. The crisis has put spending and tax revenues under severe pressure while at the same time requiring increased funding for the health sector. Moreover, the post-COVID-19 period might lead to particular challenges to financing for other ongoing health threats like AIDS, tuberculosis and malaria, as health budgets might be re-prioritised and budget increases might not be allocated to those three particular diseases.

Continue reading

Côte d’Ivoire et Maroc : réformer la fiscalité pour assurer un financement durable de la santé

Par Céline Colin, Économiste fiscaliste, et Bert Brys, Économiste fiscaliste senior, Centre de politique et d’administration fiscales, OCDE

Read this blog in English

La pandémie de COVID-19 a montré que les faiblesses du système de santé d’un pays peuvent rapidement devenir un enjeu de santé publique pour les autres pays. En outre, dans les pays du monde entier aux prises avec la crise sanitaire et économique actuelle, dont la Côte d’Ivoire et le Maroc, l’urgence de mobiliser des ressources intérieures s’est accrue. La crise a mis sous tension les dépenses publiques et les recettes fiscales au moment même où le secteur de la santé avait besoin de financements additionnels. De surcroît, la période post-COVID-19 pourrait entraîner des difficultés particulières pour le financement de la lutte contre d’autres menaces sanitaires, comme le Sida, la tuberculose et le paludisme, car les priorités au sein des budgets de santé pourraient être revues et les augmentations budgétaires ne pas nécessairement bénéficier à la lutte contre ces trois maladies.

Continue reading

Scaling-up job opportunities in food systems for youth and women in West Africa

By Koffi Zougbédé, Sahel and West Africa Club Secretariat (SWAC)

In 2011, Fatoumata Cissoko, a graduate in accounting and a young woman living in Guinea, launched her dried-fruit processing company with USD 260. Her company produces about 16 tonnes of dried pineapple a year sold in many shops and supermarkets in the capital, Conakry, and other cities around the country. Recently, her company increased its production capacity substantially to improve its competitiveness in regional and international markets. Fatoumata also opened an organic restaurant to complete the production chain and she directly employs 15 women. The story of Fatoumata is one example of the many emerging job opportunities in West Africa’s food systems.

Continue reading

Post-COVID-19 Development and Global Governance: The Emerging Role of Science and Technology

By Sachin Chaturvedi, Director General, Research and Information System for Developing Countries (RIS)


This blog is part of a series on tackling COVID-19 in developing countries. Visit the OECD dedicated page to access the OECD’s data, analysis and recommendations on the health, economic, financial and societal impacts of COVID-19 worldwide.


The current COVID-19 crisis has triggered important discussions highlighting the role of science, technology and innovation (STI). It has also revealed a number of gaps and shortcomings in terms of global governance. In this context, it is worth looking more closely at the specific issue of biological threats post-COVID-19, as well as related challenges in terms of governance.

Today, in the race for a coronavirus vaccine, over 300 scientists are working on 120 efforts for vaccine development across globally convened platforms. Fortunately, internationally and at regional and national levels, there is a consensus on the role of science, technology and innovation (STI). Most OECD countries have stepped up international collaboration to face the crisis, through new programmes and by increasing spending on STI. Regarding non-OECD countries, UNCTAD has emphasised the need for more support to international collaboration in this area: “A global pandemic is a textbook example of a critical problem where the sum of isolated efforts by national governments provides much inferior outcomes than international collaboration. The positive externalities of STI investments in such a situation could be huge and decisive in the effort to ensure that the most vulnerable members of the international community are not left behind”. Other international actors like the G7 Ministers for Science and Technology, UNESCO, The World Academy of Sciences, etc. have also repeatedly acknowledged the crucial role of STI in tackling the crisis, calling for increased co-operation.

Continue reading

Prospects for Chinese and Mexican South-South co-operation post-COVID-19

By Denghua Zhang, former diplomat and Research Fellow at the Australian National University and Carlos Cortés Zea, Coordinator of the AMEXCID-UNDP Co-operation Programme


This blog is part of a series on tackling COVID-19 in developing countries. Visit the OECD dedicated page to access the OECD’s data, analysis and recommendations on the health, economic, financial and societal impacts of COVID-19 worldwide.


The COVID-19 crisis is having profound impacts on the international political and economic order. It also provides an opportunity for stakeholders to reflect on past practices in each sector and learn from lessons to improve policies in the future. In this case, we examine the purposes, approaches and capacities of emerging providers (or Southern providers as some may call them) through the lens of China and Mexico—two major players in south-south co-operation (SSC).

Emerging providers, similar to traditional donors, provide aid to serve their own national interest. Motivations underpinning emerging providers’ efforts can vary significantly. The Chinese foreign aid programme is driven by a combination of factors including diplomatic competition with Taiwan, access to natural resources in recipient countries, image building as a responsible global power, and generating geopolitical support when its relationship with developed countries is strained. For example, China is currently taking a whole-of-government approach to conduct its COVID-19 diplomacy; an effort to improve its global image and garner support from developing countries in the face of growing pressure from developed countries over China’s handling of the crisis.  

Continue reading

The potential of migration for development in Afghanistan

By Nassim Majidi, Founder and Director, Samuel Hall

A family in Sheberghan, Afghanistan. Photo: Mustafa Olgun / Shutterstock.com

Countries in Asia are at different stages of harnessing the potential of migration for development. At one end, there is the case of the Philippines, where international migration is central to domestic social and economic development. At the other end of the spectrum is Afghanistan, where much of the conversation has narrowly focused on forced migration, return and reintegration, missing out on the potential of migration for development. Yet the migration and development dialogue in Afghanistan should be a priority, at a time when COVID-19 is leading the country into an economic recession. Experts have so far provided informal estimates that up to 80% of the Afghan population may end up under the poverty line due to COVID-19, with dire consequences for food security and overall wellbeing.

Continue reading

La restructuration de la dette en Afrique doit impliquer ses nouveaux créanciers

Par Arthur Minsat, Centre de développement de l’OCDE et Yeo Dossina, Commission de l’Union africaine[i]


Ce blog fait partie d’une série sur la lutte contre le COVID-19 dans les pays en voie de développement. Visitez la page dédiée de l’OCDE pour accéder aux données, analyses et recommandations de l’OCDE sur les impacts sanitaires, économiques, financiers et sociétaux de COVID-19 dans le monde. Ce blog aborde plus particulièrement les impacts de la crise du COVID-19 en matière de flux de capitaux et de dette dans les pays en voie de développement.


Read this blog in English

La récession mondiale causée par la pandémie COVID-19 appelle à l’annulation ou à la restructuration de la dette des pays africains. La crise a déclenché un double choc fiscal, avec une hausse des dépenses publiques et une baisse des recettes. Il est essentiel de rétablir la capacité d’emprunt des pays africains pour lutter contre la perte de leur marge de manœuvre budgétaire.

Avant le choc, l’Afrique avait déjà montré des signes de vulnérabilité. Bien que le continent africain se soit illustré par le deuxième taux de croissance économique le plus élevé au monde, avec 4,6 % en moyenne entre 2000 et 2018, sa croissance avait commencé à ralentir, passant d’un pic de 6,8 % en 2012 à 3,2 % en 2019. En 2020, la croissance de l’Afrique devrait se situer entre -2,1 % et -4,9 %, ce qui réduira considérablement la marge de manœuvre budgétaire de tous les pays. Dans l’ensemble, le financement du développement a diminué depuis 2010 en pourcentage par habitant. Tant pour les recettes intérieures que pour les flux financiers extérieurs, le montant du financement par habitant a diminué de 18 % et de 5 % respectivement tout au long de la période 2010-2018. Une économie mondiale moins performante et une croissance démographique toujours élevée dans la plupart des pays africains sont à l’origine de cette tendance à la baisse.

Continue reading

Une taxe climat européenne pourrait bénéficier aux pays exportateurs de pétrole

Par Håvard Halland, Economiste au Centre de développement de l’OCDE


Ce blog fait partie d’une série sur la lutte contre le COVID-19 dans les pays en voie de développement. Visitez la page dédiée de l’OCDE pour accéder aux données, analyses et recommandations de l’OCDE sur les impacts sanitaires, économiques, financiers et sociétaux de COVID-19 dans le monde.


Read this blog in English

Pour relancer nos économies d’une manière durable dans le sillage de la crise due au Covid-19, l’instauration d’une tarification effective du carbone à l’échelle mondiale reste plus importante que jamais. Cependant, tant que les Etats ne parviendront pas à s’entendre sur la gravité des risques induits par le changement climatique, la mise en place d’un système mondial de taxation des gaz à effet de serre restera une perspective lointaine.

Le mécanisme d’« ajustement carbone aux frontières » envisagé par l’Union européenne (UE) pourrait toutefois être un premier pas vers une réallocation des investissements internationaux dans le sens souhaité. Ambitieux, les nouveaux objectifs climatiques de l’UE exigeront des réductions des émissions non seulement dans le secteur de l’énergie, mais aussi dans les secteurs à forte intensité énergétique comme les industries lourdes, la métallurgie, la pétrochimie, le ciment, les engrais.

Continue reading