Towards a Better Understanding of the Global Alliance for Resilience (AGIR)

By Jennifer Sheahan, OECD Sahel and West Africa Club Secretariat

Français suit

sahel-week-banner-blog-development-mattersThe time could not be more opportune to promote a better understanding of the Global Alliance for Resilience (AGIR) than now, during the 2016 Sahel and West Africa Week taking place from 12-16 December in Abuja, Nigeria. This is the single most important gathering of stakeholders to discuss food and nutrition security in the region. The week provides a fitting backdrop to review and discuss resilience action.

Between October and December 2016, 10.4 million people were identified as requiring food and nutrition assistance in the Sahel and West Africa. This situation is due to a combination of multiple, interconnected factors, including a lack of food availability, limited access to food and basic social services, and the effects of health and security issues. Over a number of decades, a proliferation of initiatives, projects and programmes of a development and humanitarian nature have emerged in the region to address food and nutrition insecurity. These initiatives, often implemented in an isolated, unco-ordinated manner, outside of any overarching framework, have led to a duplication of efforts, a less than optimal use of resources and a source of competition between organisations.

Unifying Framework

The objective of the Global Alliance for Resilience (AGIR) – Sahel and West Africa is to eradicate hunger and malnutrition by building resilience among vulnerable populations. Recognising that no single stakeholder or sector alone can adequately address the root causes of food and nutrition insecurity, AGIR promotes a collective and co-ordinated response from a range of stakeholders (inter-governmental organisations, government ministries, local governments, agricultural professional organisations, civil society and private sector actors, and technical and financial partners) across multiple sectors (agriculture, environment, health, education). AGIR brings all these stakeholders together, under a single, unifying framework, with a common objective and common terms of implementation, for greater, more effective impact. AGIR’s distinct unifying characteristic is underpinned by the political and technical leadership of the three regional organisations, the Economic Community of West African States (ECOWAS), the West African Economic and Monetary Union (UEMOA), and the Permanent Interstates Committee for Drought Control in the Sahel (CILSS).  It is also supported by the Food Crisis Prevention Network (RPCA), an international network for co-operation and co-ordination in the fight against food and nutrition insecurity. This solid institutional anchoring in the region, supported by the Sahel and West Africa Club Secretariat at the OECD, is essential for the buy-in of all stakeholders.

AGIR’s unifying function is further consolidated by a shared definition of resilience. This avoids stakeholders conceptualising resilience in their own way, at an individual project or programme level, without taking into account what needs to be collectively achieved for lasting results: “the capacity of vulnerable households, families, communities and systems to face uncertainty and the risk of shocks, to withstand and respond effectively to shocks, as well as to recover and adapt in a sustainable manner.”

It is important to emphasise that AGIR is not another initiative, project or programme.  It is not a financial mechanism. Rather, it is a unifying framework to which all actors striving for food and nutrition security in the region may adhere.

Regional Roadmap

To translate commitment into action, AGIR sets out its terms of implementation in a Regional Roadmap based on four pillars: improving social protection, strengthening nutrition, improving food production and income levels, and strengthening governance in food and nutrition security.

Across all four pillars, AGIR focuses stakeholder efforts on a common target: vulnerable populations, identified as lacking the most basic resources to protect their lives and livelihoods. These are poor and marginalised agricultural households, agro-pastoralists, artisan fishermen and poor urban and rural households in the informal economy.

Participatory Process

AGIR seeks to ensure that resilience is at the heart of national food and nutrition security policies; this is done through a “National Inclusive Dialogue” process bringing together stakeholders from different sectors to formulate “National Resilience Priorities”. This process involves a series of steps:

Step 1: review and identify existing policies and programmes that contribute to resilience and therefore the objectives of AGIR in terms of target populations and expected results;

Step 2: identify national priorities contributing to resilience and the assessment of the different stages of their implementation; and

Step 3: identify any gaps, such as in policies that need to be developed or strengthened to contribute to the resilience priorities previously identified, including the funding required to fill these gaps in terms of amounts and sources.

National Resilience Priorities are drawn from existing policies; it is this fundamental part of the process that is often misunderstood. Governments are not required to re-invent the wheel nor are they required to create parallel structures. The process is supported by existing policies, frameworks and network arrangements in different countries (e.g. Scaling Up Nutrition [SUN], Renewed Efforts Against Child Hunger and Undernutrition [REACH], National Agricultural Investment Plans [NAIPs]).

For AGIR to be successful, however, countries must take full national ownership of the process. This requires identifying and implementing National Resilience Priorities that are tailored to national needs. Countries must build consensus on the root causes of food and nutrition insecurity, the specific populations targeted and the expected results. Countries also must agree on concrete, operational arrangements with regard to funding, implementation and collectively monitoring and evaluating the National Resilience Priorities, at national and local levels. AGIR provides these operational frameworks to support national governments. It also facilitates dialogue between stakeholders to encourage more effective, collective action on resilience.

Progress in formulating and implementing National Resilience Priorities is reviewed twice a year by the AGIR Senior Experts’ Group. The Group also discusses opportunities for stakeholders to strengthen co-ordination. This unified approach to channelling stakeholder action under a single framework to address food and nutrition insecurity is the foundation upon which AGIR is built.

nrps-image-eng

Paving the Way Forward

The progress made by AGIR to date is encouraging; eight out of the region’s 17 countries have validated their National Resilience Priorities. Three others are pending validation, and the six remaining countries are in the start-up stage of the process. Despite the progress made in policy-making, a lack of co-ordination persists on the ground. Without a clear view and understanding by all stakeholders of what exactly is being implemented, the lack of co-ordination will prevail.

In tackling this challenge, one of the crucial next steps for AGIR is to carry out a detailed inventory of food and nutrition security and resilience interventions in the region. The inventory will be made available to stakeholders via an online mapping tool, paving the way for better, more effective co-ordination. It will allow for clear lines of ownership and responsibilities to be identified and established, thereby reducing duplication. This next step will bolster AGIR as a unifying framework, furthering the common objective of stakeholders to build resilience to a far greater extent than any single programme or project can achieve by working in isolation.

Pour une meilleure compréhension de l’Alliance globale pour la résilience (AGIR) 

par Jennifer Sheahan, Sécretariat  du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest

sahel-week-banner-blog-development-matters-frIl n’y pas de moment plus opportun de promouvoir une meilleure compréhension d’AGIR qu’aujourd’hui, à l’occasion de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, qui se déroule du 12 au 16 décembre 2016 à Abuja, au Nigéria. Il s’agit là de l’unique et du plus important rassemblement de parties prenantes destiné à la discussion des questions liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région. Cette Semaine offre un cadre approprié pour que le Groupe d’experts seniors d’AGIR puisse examiner et discuter des mesures de résilience dans la région.

Entre octobre et décembre 2016, le Sahel et l’Afrique de l’Ouest comptent 10.4 millions de personnes ayant besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle. Cette situation est due à une combinaison de multiples facteurs interdépendants, notamment un manque de disponibilité alimentaire, un accès limité à la nourriture et aux services sociaux de base et les effets des questions liées à la santé et à la sécurité. Depuis plusieurs décennies, grand nombre d’initiatives, de projets et de programmes humanitaires et de développement ont proliféré dans la région pour faire face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Ces initiatives, souvent mises en œuvre de manière isolée et non coordonnée, en dehors de tout cadre général, ont entraîné une duplication des efforts, une utilisation moins qu’optimale des ressources et une source de concurrence entre les organisations.

Cadre fédérateur

L’objectif de Alliance globale pour la résilience (AGIR) – Sahel et Afrique de l’Ouest est d’éradiquer la faim et la malnutrition tout en renforçant la résilience des populations vulnérables. Sachant qu’aucune partie prenante ou secteur ne peut à lui seul répondre de manière adéquate aux causes profondes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, AGIR encourage une réponse collective et coordonnée d’un ensemble de parties prenantes (organisations intergouvernementales, ministères, administrations locales, organisations professionnelles agricoles, acteurs de la société civile et du secteur privé et partenaires techniques et financiers) dans de multiples secteurs (agriculture, environnement, santé, éducation, etc.). AGIR rassemble toutes ces parties prenantes, autour d’un cadre fédérateur unique, avec des modalités de mise en œuvre et un objectif communs, pour un impact plus important et plus efficace. La caractéristique distincte et unificatrice d’AGIR repose sur un leadership politique et technique de trois organisations régionales : la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), ainsi que le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) ; un réseau international de coopération et de coordination pour la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Ce solide ancrage institutionnel dans la région, soutenu par le Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest basé à l’OCDE, est essentiel pour l’adhésion de toutes les parties prenantes.

La fonction fédératrice d’AGIR est davantage consolidée par une définition commune de la résilience qui évite aux parties prenantes de conceptualiser la résilience à leur manière au niveau d’un projet ou d’un programme individuel, sans tenir compte de ce qui doit être collectivement atteint pour des résultats durables : « La capacité des ménages, familles, communautés et des systèmes vulnérables à faire face à l’incertitude et au risque de choc, à résister au choc, à répondre efficacement, à récupérer et à s’adapter de manière durable ».

Il est important de souligner qu’AGIR n’est pas une initiative, un projet ou un programme, ni un mécanisme financier. Il s’agit d’un cadre unificateur auquel peuvent adhérer tous les acteurs qui s’efforcent d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région.

Feuille de route régionale

Afin de traduire ces engagements en actions concrètes, AGIR définit ses modalités de mise en œuvre dans une Feuille de route régionale basée sur quatre piliers fondamentaux : l’amélioration de la protection sociale, le renforcement de la nutrition, l’amélioration de la production alimentaire et des niveaux de revenu et le renforcement de la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Dans le cadre de ces quatre piliers, AGIR concentre les efforts des parties prenantes sur un objectif commun : les populations vulnérables identifiées comme manquant des ressources les plus élémentaires pour protéger leur vie et leurs moyens de subsistance, à savoir, les ménages marginalisés d’agriculteurs,  les agropasteurs, les pêcheurs artisanaux et les ménages pauvres en milieux urbains et ruraux de l’économie informelle.

Un processus participatif

AGIR cherche à ce que la résilience soit au cœur des politiques nationales de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Cela se fait par le biais d’un processus de « dialogue inclusif pays » réunissant des parties prenantes de différents secteurs, afin de formuler des « Priorités résilience pays ». Ce processus comprend une série d’étapes :

Étape 1 : examiner et identifier les politiques et programmes existants qui contribuent à la résilience et donc aux objectifs d’AGIR en termes de populations ciblées et de résultats escomptés,

Étape 2 : identifier les priorités nationales contribuant à la résilience et l’évaluation des différentes étapes de leur mise en œuvre,

Étape 3 : identifier les lacunes, c’est-à-dire les politiques qui doivent être développées ou renforcées pour contribuer aux priorités de résilience identifiées précédemment, notamment le financement nécessaire pour combler ces lacunes en termes de montants et de sources de financement.

Les Priorités résilience pays sont tirées des politiques déjà existantes. C’est cette partie fondamentale du processus qui est souvent mal comprise. Les gouvernements ne sont pas tenus de réinventer la roue ni de créer des structures parallèles, le processus est appuyé par les politiques, les cadres et les dispositifs de réseau déjà existants dans les différents pays (par exemple, le Mouvement pour le renforcement de la nutrition [SUN], le Partenariat visant à éliminer la faim et la dénutrition chez les enfants [REACH], ou les Programmes nationaux d’investissement agricole [PNIA]).

Toutefois, pour qu’AGIR puisse aller de l’avant, les pays doivent s’approprier pleinement le processus. Cela nécessite l’identification et la mise en œuvre des Priorités résilience pays qui sont adaptées aux besoins nationaux. Les pays doivent parvenir à un consensus sur les causes profondes de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, sur les populations spécifiques ciblées et sur les résultats escomptés. Les pays doivent également s’entendre sur des accords concrets et opérationnels concernant le financement, la mise en œuvre et le suivi-évaluation collectifs des Priorités résilience pays, aux niveaux national et local. AGIR fournit ces cadres opérationnels pour appuyer les gouvernements nationaux, mais facilite également le dialogue entre les parties prenantes pour encourager une action collective plus efficace en matière de résilience.

Les progrès accomplis dans la formulation et la mise en œuvre des Priorités résilience pays sont examinés deux fois par an par le Groupe d’experts seniors AGIR. Le Groupe discute également des opportunités pour les parties prenantes de renforcer la coordination. Cette approche unifiée, qui a pour objet de canaliser l’action des parties prenantes dans un cadre unique afin de surmonter l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, est le fondement d’AGIR.

AGIR

Ouvrir la voie pour aller de l’avant

Les progrès réalisés par AGIR à ce jour sont encourageants ; huit des dix-sept pays de la région ont validé leurs Priorités résilience pays, trois autres sont en attente de validation et les six autres pays sont en phase de démarrage du processus. Malgré les progrès réalisés dans l’élaboration des politiques, le manque de coordination persiste sur le terrain. Cette lacune ne pourra être comblée sans une vision claire et une compréhension par toutes les parties prenantes de ce qui est exactement mis en œuvre.

Pour relever ce défi, l’une des étapes cruciales à venir pour AGIR est d’effectuer un inventaire détaillé des interventions en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de résilience dans la région. Cet inventaire devra être mis à la disposition des parties prenantes à travers un outil de cartographie en ligne, et permettra d’ouvrir la voie à une coordination meilleure et plus efficace. Il permettra également d’identifier et d’établir clairement les responsabilités et les mesures d’appropriation, tout en réduisant les doublons. Cette étape à venir permettra enfin de renforcer AGIR en tant que cadre unifiant, et promouvra l’objectif commun des parties prenantes de renforcer la résilience d’une manière beaucoup plus importante que ce que n’importe quel autre programme ou projet unique peut atteindre de manière isolément.