Six key challenges to improving nutrition through social protection in the Sahel and West Africa

By Jennifer Sheahan, OECD Sahel and West Africa Club Secretariat 

Français suit

The Sahel and West Africa region is home to some of the most nutritionally insecure people in the world. In 2015, 19 to 21 million children in the region under the age of five were affected by stunting. This figure is growing and may exceed 22 million by 2025. Today, strong evidence exists linking social protection to improved nutrition. In December 2016, the 32nd Annual RPCA Meeting focused political attention on some of the key challenges to be overcome in this area.

stunting_small_en

First, links between humanitarian assistance and social protection systems must be strengthened. Humanitarian assistance provides short-term relief in emergency situations. By contrast, social protection increases resilience over the long term by enhancing the capacity of vulnerable groups to escape from poverty and better manage risks. Synergies between humanitarian assistance and social protection systems must be forged so that they complement each other, providing support in response to specific shocks and helping populations to build resilience over time against future shocks.

Second, nutrition interventions must be linked to other sectors for more impactful and sustainable outcomes. Malnutrition is a multi-sectoral issue requiring a multi-sectoral response across agriculture, health, education, employment, water, sanitation and hygiene, and gender equality. This implies policy co-ordination and coherence – in other words – better institutional governance. To make this happen, strong political leadership is needed if stakeholders, each with different and frequently competing agendas, are to work together to reduce malnutrition.

Third, better targeting for greater impact must be a priority. This is a complex exercise, however. Focusing on specific categories of populations is considered effective, such as pregnant and breastfeeding women, and children up to 2 years, during which time the consequences of malnutrition are severe and largely irreversible. No one-size-fits-all exists; social protection designs will differ according to country contexts, capacity and needs. Robust impact evaluations help improve targeting by answering key questions for evidence-based policy making: what works, what doesn’t, where, why and for how much. It is important to build an evidence base to inform current and future interventions and improve their effectiveness and also to identify principles that can be applied to other contexts and used for scaling-up efforts.

Fourth, social protection must empower women. Nutrition and gender are intrinsically linked. Malnourished women will transmit malnutrition to their children, either because they give birth to smaller and lighter babies, or because they lack the knowledge, time, financial resources or decision-making power to provide adequate care for their children. Social protection interventions that specifically target resources towards women can contribute to improved food and nutrition security by increasing women’s autonomy, their control over resources, and their decision-making power relative to nutrition and health issues.

Fifth, social protection must be supported by sustainable financing. Programmes must last long enough to ensure enduring, positive impacts on food security and nutrition; those that demonstrate the most substantial effects do not last weeks or months, but decades. Increasing the fiscal space by introducing taxes that are progressive in nature to help finance social protection systems appears to be the way forward. Taxes in sectors such as telecommunications could prove effective if they are designed to protect the most vulnerable populations. Country feedback at the RPCA Meeting pointed to the volatile nature of donor funding, the variable length of their domestic political cycles and specific target criteria that can hinder government efforts in expanding social protection systems in a sustainable manner.

Sixth, anticipating future challenges, like demographic, economic and social trends, must be an integral part of social protection planning:

  • Rapid population growth in the Sahel and West Africa is projected to reach 970 million by 2050, according to the UN World Population Prospects, resulting in a greater number of people requiring social protection.
  • Rapid urbanisation will present significant challenges for social protection planning, including ensuring access to basic services such as clean water, sanitation, waste management, healthcare, and education.
  • The informal economy will increase in size due to increased population and new entrants to the labour market. Social protection systems must be extended to cover the informal sector, where workers are excluded from state-run, contributory systems. Promoting social protection in the informal economy will require significant innovation and investment.

Political momentum for improving nutrition has never been stronger; it is at the heart of the African Union’s development strategy, Agenda 2063, and it permeates the 2030 Agenda for Sustainable Development, where twelve of the 17 Sustainable Development Goals contain indicators related to nutrition. To carry this momentum forward, institutional capacity within governments must be enhanced to ensure that social protection is part of a carefully planned and targeted, multi-sectoral approach that has a specific focus on empowering women, is secured by solid and sustainable financing, and is integrated into the broader development agenda. Political leadership, at regional and national levels, is paramount in making this happen.

Six enjeux majeurs pour améliorer la nutrition par le biais de la protection sociale au Sahel et en Afrique de l’Ouest

Par Jennifer Sheahan, Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE

Le Sahel et l’Afrique de l’Ouest comptent parmi les régions où les personnes sont les plus menacées par l’insécurité alimentaire dans le monde. En 2015, entre 19 et 21 millions d’enfants de moins de cinq ans souffraient d’un retard de croissance dans la région. Ce nombre est en augmentation et pourrait dépasser 22 millions d’enfants d’ici 2025. De solides données viennent aujourd’hui étayer le lien entre protection sociale et renforcement de la nutrition. En décembre 2016, la 32e réunion annuelle du RPCA a cristallisé l’attention politique sur quelques-uns des principaux défis à relever dans ce domaine.

stunting_small_fr

Dans un premier temps, il convient de renforcer les liens entre l’aide humanitaire et les systèmes de protection sociale. L’aide humanitaire offre un secours à court terme dans les situations d’urgence. La protection sociale améliore, quant à elle, la résilience sur le long terme en renforçant la capacité des groupes vulnérables à échapper à la pauvreté et à mieux gérer les risques. Il s’agit de rechercher des synergies entre l’aide humanitaire et les systèmes de protection sociale afin qu’ils se complètent mutuellement, en apportant un soutien en cas de choc spécifique et en aidant les populations à accroître, dans le temps, leur résilience aux chocs à venir.

Deuxièmement, les interventions en matière de nutrition doivent être associées à d’autres secteurs pour produire des résultats plus durables et plus efficaces. La malnutrition est une question multisectorielle qui appelle une réponse multisectorielle dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, et de l’égalité des sexes. Cela suppose une cohérence et une coordination des politiques – en d’autres termes, une meilleure gouvernance institutionnelle. Pour y parvenir, il faut une volonté politique forte si nous voulons que les intervenants, dont les préoccupations diffèrent et se font souvent concurrence, collaborent en vue de réduire la malnutrition.

Troisièmement, il faut donner la priorité à un meilleur ciblage pour un plus grand impact. Bien que cette tâche soit complexe, le ciblage de groupes de population spécifiques est perçu comme efficace. C’est notamment le cas des femmes enceintes et allaitantes et des enfants de moins de deux ans, périodes pendant lesquelles les conséquences de la malnutrition sont lourdes et largement irréversibles. Il n’existe cependant pas d’approche unique applicable à tous ; les projets de protection sociale différeront selon les capacités, les besoins et les contextes des pays en cause. Les évaluations d’impact fiables contribuent à l’amélioration du ciblage en répondant à des questions clés pour élaborer les politiques sur la base d’éléments concrets : où, pourquoi et dans quelle mesure cela fonctionne ou ne fonctionne pas. Il importe de constituer une base de données pour guider les interventions actuelles et futures et en améliorer l’efficacité, ainsi que pour définir les principes applicables dans d’autres contextes et utiles en cas d’intensification des efforts.

Quatrièmement, la protection sociale doit renforcer la position des femmes. La nutrition et le sexe sont intrinsèquement liés. Les femmes souffrant de malnutrition la transmettront à leurs enfants, soit parce qu’elles donnent naissance à des bébés plus petits et de faible poids, soit parce qu’elles ne possèdent pas les connaissances, le temps, les ressources financières ou le pouvoir de décision nécessaires pour pourvoir convenablement aux besoins de leurs enfants. Les interventions en faveur de la protection sociale, qui octroient spécifiquement des ressources aux femmes, peuvent contribuer à une meilleure sécurité alimentaire et nutritionnelle en améliorant leur autonomie, leur contrôle des ressources et leur pouvoir de décision en matière de nutrition et de santé.

Cinquièmement, la protection sociale doit bénéficier d’une aide financière durable. Les programmes doivent être suffisamment longs pour assurer des retombées positives et durables sur la sécurité alimentaire et la nutrition ; ceux qui présentent les résultats les plus substantiels ne durent pas quelques semaines ou quelques mois, mais s’étendent sur plusieurs décennies. L’augmentation de la marge de manœuvre budgétaire en introduisant des taxes de nature progressive pour contribuer au financement des systèmes de protection sociale, semble être la voie à suivre. Les impôts dans des secteurs tels que les télécommunications pourraient s’avérer efficaces s’ils visent à protéger les populations les plus vulnérables. Les pays ont souligné, lors de la réunion du RPCA, la nature instable des fonds versés par des donateurs et la durée variable de leurs cycles politiques nationaux et ont évoqué les critères cibles utilisés qui peuvent parfois saper les efforts déployés par les gouvernements pour élargir les systèmes de protection sociale de manière durable.

Sixièmement, l’anticipation des défis à venir, comme les tendances démographiques, économiques et sociales, doit faire partie intégrante de la planification de la protection sociale, notamment les tendances démographiques, économiques et sociales, et en particulier :

  • La croissance rapide de la population au Sahel et en Afrique de l’Ouest, qui devrait atteindre 970 millions d’ici 2025 selon les perspectives de la population mondiale projetées par les Nations Unies, se traduira par un plus grand nombre de personnes nécessitant une protection sociale.
  • L’urbanisation rapide représentera un réel défi pour l’organisation de la protection sociale, par exemple pour assurer l’accès aux services de base comme l’eau potable, l’assainissement, la gestion des déchets, les soins de santé et l’éducation.
  •  L’économie informelle va se développer en raison de la croissance démographique et des nouveaux venus sur le marché du travail. Les systèmes de protection sociale doivent être élargis afin de couvrir le secteur informel, où les travailleurs sont en marge des systèmes contributifs gérés par l’État. La promotion de la protection sociale dans l’économie informelle nécessitera d’importants investissements et innovations.

 L’impulsion politique en faveur du renforcement de la nutrition n’a jamais été aussi forte ; elle se trouve au cœur de la stratégie de développement de l’Union africaine, l’Agenda 2063 et est présente dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, dont douze des dix-sept objectifs de développement durable contiennent des indicateurs relatifs à la nutrition. Pour poursuivre sur cette lancée, il faut renforcer la capacité institutionnelle au sein des gouvernements afin que la protection sociale s’intègre dans une approche multisectorielle soigneusement planifiée et ciblée, une approche qui accorde une attention particulière à l’autonomisation des femmes, qui est soutenue par un financement solide et durable, et qui fait partie du plus vaste projet de développement. À cet égard, un leadership politique aux échelons national et régional revêt une importance capitale.