The food economy can create more jobs for West African youth

By Léopold Ghins and Koffi Zougbédé, OECD Sahel and West Africa Club Secretariat 

Français suit

IMG_8554
Muhammad Sanyang, General Manager of MBK Farms, Banjul, Gambia.
© SWAC/OECD

Youth employment and job creation loom high on development agendas in West Africa. The issue is also a priority at the continental and international levels: decent work and youth empowerment are priority areas within the African Union’s Agenda 2063, and ‘youth and jobs in the Sahel’ will figure prominently amongst talks at the G7 Summit which begins this Saturday in Biarritz.

Such policy focus is necessary in view of the demographic realities in the region. Although unemployment is low overall, informality remains prevalent, and growing numbers of young people struggle to access attractive training or sources of income. West African economies need to create more and better jobs. Yet, from a policy perspective, how to support decent and inclusive job creation is not always clear. Trade-offs in public resource allocations across sectors and information gaps abound.

In this context, what and where are the opportunities for policymakers willing to address the challenge of decent job creation?

The food economy will continue to provide the majority of jobs

Analysis conducted by the OECD Sahel and West Africa Club indicates that the food economy has particularly strong potential to accelerate job creation, and should therefore attract greater policy attention. This firstly follows from the sheer size of the food sector. On average, West African households dedicate about 50% of their expenditures to food. The regional food economy now represents around USD 260 billion or 40% of regional GDP, and accounts for 66% of total employment (Figure 1). The food trade is thriving: between two-thirds and three-quarters of food consumed in West Africa is sourced from markets.

Print

In addition to being the largest pool of existing jobs, the food economy is transforming in ways that generate new job opportunities in sectors outside agriculture. Fast-paced urbanisation creates ‘demand-pull’ effects. Consumers are looking for a greater diversity of foods and demand for fruits, vegetables, meat and fish is increasing, together with a desire for convenience in the form of processed and packaged foods. This calls for more people-power and know-how in food processing, packaging, logistics and storage tasks. As much as 18% of the regional labour force is already in the fast-growing ‘downstream segments’ of agri-food chains, comprising food manufacturing, food marketing and ‘food away from home’ (including street food and outside dining). Importantly, women represent more than 70% of employment in all of the downstream segments.

The food economy will continue to create the majority of new jobs in the region. But to further boost job creation rates and ensure that new jobs are decent and accessible to youth and women, the food sector needs appropriate strategies, investments and policies. This involves endorsing three key principles.

  • Moving beyond agriculture and rural areas

Moving beyond agriculture means looking at the broader ‘food system’, with its upstream (inputs), farm-level and downstream components. Support to agriculture is important, but the food economy is a web of interdependencies. In this vein, more attention should go to consumers, many of whom are living in towns and secondary cities. Cities are more than places of consumption – they are also platforms for exchanging information and accessing services, and are at the heart of food system transformations. For the West Africa region, 45%, 57% and 65% of employment in food processing, food marketing and food away from home respectively is in urban areas. In practice, policymakers need to increase investments in urban planning for logistics, retail hubs and market spaces. Upgrades in road networks and electricity supply grids are also indispensable to connect rural producers with urban consumers and to put a cap on food transport, storage and retail costs.

  • Taking spatial factors into account

Food system transformations are spatially heterogeneous, and policies should reflect this. In less connected rural areas, farm sizes remain small. Product diversity is low, and value chains are short. Yet, in other places, the transformation speed is impressively high. In Nigeria, for example, the poultry industry has an estimated yearly growth rate of 20% for 2010-20. Companies like Zartech Agri Ltd, Anadariya Farms, Ajanla Farms, Obasanjo Farms, Animal Care or Amo Byng Nig Ltd successfully service the ever-growing urban demand in southwest Nigeria and rely on maize producer networks located in the central and northern parts of the country for chicken feed. In Senegal, labour productivity in the horticulture-oriented Niayes region is 17 times greater than in the Groundnut Basin because of the proximity to coastal towns, good roads and continued on-farm investments in irrigation infrastructure. This higher labour productivity has translated into increased of wage employment on farms in the Niayes.

Not all areas have the same potential and needs. Because scarce resources need to be carefully targeted, the identification of promising territories within countries and local contexts are crucial to policy design. Concentrated efforts in high-potential areas should seek to address spatial constraints such as connectivity, distance to input suppliers, distance to markets, electricity supply, local administrative services, and access to technology and information. Growth in employment materialises where policies account for local realities and establish an enabling environment for private agri-food businesses that are at the frontline of job creation. This resonates with indications that the current emphasis on the role of skills in job creation might be misplaced. As Louise Fox (Chief Economist, USAID) puts it, “educational and skill-building institutions do not create jobs. Firms and people do.”

  • Dealing with informality, aiming for inclusiveness

Because of its dominance, informality should be accepted and engaged with through needs-based approaches – “informal is normal”. The informal economy calls for accompanying measures and not coercive measures. Interventions will be more useful if they help alleviate the most pressing constraints faced by food operators. This can be achieved, for example, by promoting regular exchanges between local governments and representative bodies of food producers, processors and traders (see this analysis on the situation of street vendors in Accra). Such dialogues are also essential to identify the specific needs of more vulnerable groups, including youth and women.

Implementing these principles has to go hand-in-hand with constant learning. Information gaps abound. On a macro level, reliable projections on food economy employment for the coming decade are scarce. On a micro level, more contextual information on local economies is necessary to understand how food operators recruit, the kind of support they receive from the public sector, the composition of typical job-seeker profiles, and the linkages between food-related employment and the performance of other economic sectors.

Ultimately, the West African food economy offers significant opportunities for accelerated job creation. Policymakers will more effectively support food producers, processors, traders and retailers in expanding their businesses by listening to their demands and taking full stock of consumer-driven transformations in food systems. Because of its close connections with urban development and the growth of non-farm subsectors, the food economy is also a powerful entry point to advance the broader structural transformation of the region. It is a promising terrain for policymakers seeking to address one of West Africa’s most pressing development challenges.

L’économie alimentaire peut créer plus d’emplois pour la jeunesse ouest-africaine

 

Par Léopold Ghins et Koffi Zougbédé, Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE)

L’emploi des jeunes est en haut des agendas de développement en Afrique de l’Ouest. Le sujet est une priorité pour les pays de la région ainsi qu’au niveau continental : les emplois décents et l’autonomisation des jeunes sont des priorités de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. « L’emploi décent des jeunes au Sahel » figurera parmi les sujets discutés au sommet du G7 qui débute ce samedi à Biarritz.

Une telle attention est légitime au vu des réalités démographiques de la région. Bien que le taux de chômage soit bas en général, les emplois disponibles sont le plus souvent informels, et un nombre croissant de jeunes a du mal à accéder à des formations ou à des sources de revenus. Les économies ouest-africaines doivent créer plus d’emplois, et de meilleurs emplois. Cependant, du point de vue des politiques publiques, les actions à mener ne sont pas toujours claires. Les arbitrages à effectuer dans la dépense publique et les manques d’information abondent.

Dans ce contexte, où sont les opportunités pour les décideurs?

L’économie alimentaire continuera à fournir la majorité des emplois

Les analyses du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE indiquent que l’économie alimentaire dispose d’un potentiel très élevé de création d’emplois. Elle mérite donc qu’on la soutienne davantage. Ceci est d’abord le fait de la taille du secteur alimentaire. En moyenne, les ménages ouest-africains consacrent 50% de leurs dépenses à l’alimentation. La valeur de l’économie alimentaire régionale avoisine les 260 milliards de dollars, soit 40% du PIB régional. Cette économie accueille près de 66% des emplois (Figure 1). Le commerce alimentaire est en expansion constante: entre deux tiers et trois quarts de la nourriture consommée en Afrique de l’Ouest sont achetés sur un marché.

Print

En outre, les transformations rapides de l’économie alimentaire créent de nouvelles opportunités ; principalement dans les segments non-agricoles. L’urbanisation rapide tire la demande. Les consommateurs recherchent une plus grande diversité de produits ; plus de fruits et légumes, de viande et de poisson. Ils expriment également un intérêt grandissant pour les aliments transformés et emballés, plus pratiques et plus rapides à préparer. Les besoins de main d’œuvre et de savoir-faire dans la transformation alimentaire, le conditionnement, la logistique et le stockage s’accroissent. Les segments non-agricoles de l’économie alimentaire (transformation, commercialisation et restauration hors domicile) occupent déjà 18% de la main d’œuvre régionale ; principalement des femmes (70%).

L’économie alimentaire continuera ainsi à créer la majorité des emplois. Pour optimiser ce processus et tendre vers plus d’emplois décents et accessibles aux jeunes et aux femmes, le secteur a besoin de politiques adéquates.  Ceci suppose de s’appuyer sur trois principes essentiels.

  • Considérer l’économie alimentaire dans son ensemble

Considérer l’économie alimentaire dans son ensemble signifie prendre en compte – dans une même démarche – l’ensemble des segments des « systèmes alimentaires » ; les activités en aval de la production, la production elle-même et les activités en amont ; « de la semence à l’assiette ». Le soutien à l’agriculture est important, mais l’économie alimentaire est un réseau d’interdépendances. Les consommateurs, dont une part croissante vit dans les zones urbaines, requièrent plus d’attention. Les villes ne sont pas uniquement des lieux de consommation – ce sont aussi des plateformes d’échange d’informations, de commerce et de services ;  45%, 57% et 65% de l’emploi dans la transformation alimentaire, la commercialisation alimentaire et la restauration hors domicile respectivement se trouve dans les zones urbaines. Les responsables politiques doivent accroître les investissements dans la planification urbaine pour la logistique et les espaces de marché. De meilleurs réseaux de routes et de distribution électrique sont également indispensables pour réduire les coûts de transport, de stockage et de mise en vente.

  • Prendre en compte les facteurs spatiaux

Les transformations des systèmes alimentaires sont spatialement hétérogènes. Dans certaines zones, la vitesse de transformation est impressionnante. Au Nigeria, par exemple, la croissance du secteur du poulet est évaluée à 20% par an sur la période 2010-2020. Des sociétés comme Zartech Agri Ltd, Anadariya Farms, Ajanla Farms, Obasanjo Farms, Animal Care ou Amo Byng Nig Ltd approvisionnent la demande croissante des villes du sud-ouest du Nigeria en s’appuyant sur des réseaux de producteurs de maïs dans le centre et le nord du pays pour l’alimentation des volailles. Au Sénégal, la productivité de la main d’œuvre dans la région du Niayes, spécialisée en horticulture, est 17 fois plus grande que dans le bassin arachidier du fait de la proximité de villes côtières, de bonnes routes et d’investissements dans l’irrigation. Cette plus haute productivité s’est traduite par la création de plus d’emplois salariés dans les fermes du Niayes.

Toutes les zones n’ont pas le même potentiel ou les mêmes besoins. L’identification des territoires prometteurs est essentielle pour la conception des politiques. Dans les zones à haut potentiel, les efforts doivent se concentrer sur les contraintes spatiales comme la connectivité, la distance aux marchés, l’électricité, et l’accès aux services administratifs et à la technologie. L’emploi augmente là où les politiques prennent en compte les réalités locales et créent un environnement favorable pour les entreprises de l’économie alimentaire qui créent les emplois. Ceci fait écho aux analyses qui indiquent que le rôle de la formation est parfois trop mis en avant. Comme le suggère Louise Fox (Chief Economist, USAID), “educational and skill-building institutions do not create jobs. Firms and people do.”[1]

  • Assumer l’informalité, promouvoir l’inclusion

Du fait de son omniprésence, l’informalité doit être assumée et gérée au moyen de politiques centrées sur les besoins – « l’informalité est la norme ». L’économie informelle a besoin de mesures d’accompagnement et non pas de coercition. Les interventions seront plus utiles si elles permettent de lever les contraintes les plus immédiates rencontrées par les opérateurs alimentaires. Ceci implique, par exemple, de soutenir l’échange entre les gouvernements locaux et les associations de producteurs, transformateurs et commerçants (voir cette analyse sur la situation des vendeurs de rue à Accra). Ces échanges sont cruciaux pour identifier les besoins spécifiques des groupes plus vulnérables, comme les jeunes et les femmes.

La mise en œuvre de ces trois principes doit aller de pair avec un apprentissage constant. Au niveau macro, les projections fiables sur l’emploi dans l’économie alimentaire sont encore rares. Au niveau micro, une meilleure information contextuelle sur les économies locales est nécessaire pour comprendre comment les opérateurs alimentaires recrutent, le soutien reçu du secteur public et les profils des demandeurs d’emploi.

En résumé, l’économie alimentaire ouest-africaine offre des opportunités considérables pour accélérer la création d’emplois. Les décideurs peuvent apporter un soutien plus efficace à cette économie en écoutant les besoins des producteurs, des transformateurs et des commerçants et en prenant en compte les mutations rapides des systèmes alimentaires, induites par les consommateurs. Étant liée à l’urbanisation et la croissance des secteurs non-agricoles, l’économie alimentaire est aussi un levier puissant pour soutenir la transformation structurelle de la région. C’est un terrain d’action prometteur pour relever l’un des défis les plus urgents de l’Afrique de l’Ouest.

[1] « Ce ne sont pas les institutions d’éducation et de développement des compétences qui créent des emplois. Ce sont les entreprises et les personnes ».