Comprendre l’initiative P20 : Une nouvelle approche de la définition de la pauvreté et des moyens de la combattre

dcr-banner

Abdoulaye Bio Tchané, Ministre d’État du Plan et du développement, Bénin


Pour en savoir plus sur ce thème, se reporter à la (version française) du rapport Coopération pour le développement 2018 : Agir ensemble pour n’oublier personne


lire ce blog en anglais

En tant que décideurs et responsables de l’action publique en Afrique, l’une des questions qui nous posent toujours problème est de définir et d’identifier clairement ce qu’est l’extrême pauvreté, et qui en sont les victimes. Au vu de mon expérience d’ancien Ministre des Finances et d’actuel Ministre d’État du Plan et du développement du Bénin, nos budgets nationaux ont toujours été par essence sociaux. Qu’entend-on par là ? La pression que font peser sur nous la pauvreté, la fragilité et la vulnérabilité nous condamne à gérer l’urgence ; et l’urgence en Afrique revient à garantir la survie au quotidien de nos concitoyens.

Toutefois, en dépit de lourds investissements dans des programmes sociaux, les frontières de la pauvreté ne reculent pas aussi vite que nous l’aurions espéré. Il y a à cela de multiples explications possibles, mais notre mission est de trouver des moyens de résoudre la question – et ce, de façon à atteindre en priorité les plus défavorisés. C’est à cette fin que le Gouvernement du Bénin, en partenariat avec le Gouvernement de la Suisse et l’ONG Development Initiatives, a lancé l’initiative P20 dans le but de remédier à la pauvreté et à la vulnérabilité, et d’honorer notre engagement de ne laisser personne de côté.

L’initiative P20 est centrée sur les 20 % les plus pauvres de la population, qui sont souvent également les plus vulnérables. Ces 20 % regroupent tous ceux qui sont exposés, ou se trouvent déjà, en situation d’extrême pauvreté, ainsi que ceux qui, pour des raisons liées à certains aspects de leur identité (âge, handicap, croyance, appartenance ethnique, orientation sexuelle) sont le plus exposés à la pauvreté ou à l’exclusion. L’initiative P20 invite les pays, les organismes donneurs et les organisations de la société civile à retenir quelques indicateurs de tendance en accord avec leurs propres priorités, et d’en assurer un suivi régulier afin de fournir au public et aux responsables politiques un aperçu général des progrès accomplis.

Au Bénin, la mise en œuvre de l’initiative P20 nous a apporté d’importants éclairages. Nous avons ainsi appris qu’en 2015, les 20 % les plus pauvres vivaient avec moins de 0.95 USD par personne et par jour, ce qui représente moins de la moitié du seuil de pauvreté international. Au sein des P20 du Bénin, 45 % des enfants de moins de 5 ans souffraient de rachitisme, contre 30 % pour le reste de la population. L’émaciation (faible rapport poids/taille) touchait 4.6 % des P20 nationaux et 3.9 % du reste de la population âgée de moins de 5 ans. Les données relatives à l’état nutritionnel des P20 peuvent aider à faire porter les efforts et l’attention sur des progrès mesurables, par le biais d’investissements urgents visant à renforcer le capital humain, ce qui est un volet de l’un des principaux programmes du Bénin.

Les résultats issus de la mise en œuvre de l’initiative P20 ont également apporté des éclairages utiles pour l’examen national volontaire 2018 du Bénin. Cet examen porte plus particulièrement sur les réformes engagées en vue de respecter la promesse de ne laisser personne de côté. Le Bénin a élaboré une politique holistique de protection sociale qui intensifie les mesures en direction des groupes les plus vulnérables et dont les priorités peuvent se résumer ainsi : i) promouvoir les transferts sociaux ; ii) renforcer les services d’action sociale ; iii) consolider le cadre législatif et réglementaire de la protection sociale au Bénin ; iv) renforcer les régimes contributifs ; et v) étendre l’assurance sociale.

En remerciant la Suisse et son gouvernement de nous avoir rejoint dans cet exercice, nous apprécions que ce pays reconnaisse que des facteurs réels suscitent et perpétuent la pauvreté et l’exclusion dans toutes les sociétés.1 C’est pourquoi j’appelle tous les pays à faire leur l’initiative P20. Et même si le Bénin devra surmonter des difficultés liées aux données pour mettre pleinement en œuvre cette initiative, je peux faire la promesse que notre pays continuera de faire de la démarche P20 un référentiel pour évaluer et tester toutes nos politiques publiques. Notre objectif ultime à l’horizon 2030 est de parvenir concrètement à ne laisser personne de côté.

1.  Une synthèse de ces éclairages peut être consultée en anglais et en français.